Une employée communale "tombe amoureuse" d'un enfant de 9 ans

Par Roman Rodriguez

Une employée communale de 29 ans envoyait des lettres enflammées au petit garçon de 9 ans et le forçait à l’embrasser.

«Si l’amour est un crime, fais de moi ta victime !» ; «Quand je te regarde, j’ai les yeux qui brillent d’amour pour toi» ; «Je voudrais que l’on vive ensemble toute la vie, qu’on se marie et qu’on fonde une famille» ; «J’ai envie d’avoir quatre enfants avec toi»…

Jugée aujourd’hui au tribunal de Périgueux : condamnée à 4 mois de prison avec sursis… Indulgent ce tribunal !

Tiens, le retour dans l’actualité de la bonne ville de Périgueux, célèbre pour ses excellents cours d’éducation à la sexualité !

https://mouvement-jre.com/lejaculation-au-programme-en-cm1/

Rappel des faits : en décembre 2013, les parents du petit garçon découvrent de nombreuses lettres, cachées dans un tiroir dans la chambre de leur fils. Elle provenaient toutes de Laëtitia J., une employée communale travaillant à l’école et au centre de loisirs de Bassillac en Dordogne. La femme, chargée notamment de surveiller les récréations, n’hésitait pas à utiliser d’autres élèves comme messagers pour qu’ils délivrent ces lettres à la victime de 9 ans.

En 2014, après avoir déménagé à cause de cette histoire, le petit garçon parvint à décrire à ses parents comment, à plusieurs reprises, la trentenaire l’a entraîné derrière une petite cabane, près du stade, et l’y a «embrassé avec la langue» en lui faisant caresser sa poitrine.

Un jour, la directrice de l’école a même entendu le garçon demander à Laëtitia J. comment «poussent les seins» et « comment on fait l’amour»… L’enfant devenait de plus en plus agressif à l’école comme à la maison.

Avec l’application de la déclaration des droits sexuels, une telle « histoire d’amour » ne finira même pas au tribunal. L’enfant de 9 ans, dès lors qu’il n’aura pas été violenté sera considéré comme consentant, et à ce titre aura le droit de vivre cette formidable histoire d’amour avec sa vieille de 30 ans ! Ses parents n’auront plus que leurs yeux pour pleurer.

2 commentaires sur “Une employée communale "tombe amoureuse" d'un enfant de 9 ans”

  1. Vu le nombre fous prédateurs qui tournent autour des enfants, une raison de plus de pratiquer l’enseignement à la maison dans un cadre protecteur et serein!

  2. C’est vrai que le sexisme partout dénoncé par les « féministes » n’est en cas de pédophilie jamais remis en cause !
    La pédophilie, c’est l’apanage du sexe masculin (obscénité rétrograde anti-genre) c’est bien connu!

Laisser un commentaire