Un transgenre à la tête d'une fédération de femmes

Par Farida Belghoul

Un certain « Gabrielle Bouchard », un homme mutilé, devient « présidente de la Fédération des femmes du Québec » (FFQ). Mais qui donc est cet homme à l’apparence de  femme à l’âge adulte ?

Comment peut-il parler au nom de toutes les femmes, lui qui a été formé dans la culture masculine, ignorant les expériences vécues par le sexe féminin depuis l’enfance ?

Aucun débat ne peut donc se dérouler sur ce qu’il faut bien nommer une offensive des transgenres à faire éclater la réalité des deux sexes pour imposer une vision ahurissante où il n’existerait plus ni homme ni femme.

Le 15 avril 2015 à la commission des institutions de l’Assemblée nationale, « Gabrielle Bouchard » est intervenu sur le sujet  : « Ce serait le fun d’abolir les sexes, mais ça n’est pas quelque chose qui va arriver ». En fait, en bon transgenre manipulé, il croit à l’auto-identification, c’est-à-dire à l’idée que le genre est défini non plus par la société, mais par ceux qui le ressentent.

Durant cette commission, Gabrielle Bouchard a abordé aussi le cas de transgenres qui vont accoucher, puisque certaines femmes « devenues » hommes gardent leur utérus. En fait, il s’agit encore d’hommes mutilés que la propagande présente comme des femmes.

« Gabrielle » Bouchard poursuit :  « Y a des gars qui vont accoucher. Donc, de dire “mère” pour automatiquement signifier que c’est la personne qui a accouché d’un enfant, déjà là, ça aussi, c’est un pas qu’on doit aussi déconstruire parce qu’il y a des pères qui vont accoucher. D’appeler ça une maternité, c’est le genrer (sic) ».

On aura compris que ce monsieur souhaite que les mots « mère » et « maternité » disparaissent du vocabulaire. « Peut-être que, bien, ce parent-là, qui se trouve la personne qui va accoucher, bien, il va peut-être avoir une barbe, là, ou peut-être avoir une grosse voix. »

« La nouvelle présidente » parle désormais au nom des femmes du Québec.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.