« Obligation scolaire » à 3 ans : les enfants n’appartiennent pas à leurs parents

Par Roman Rodriguez

Emission en direct avec Farida Belghoul. Le gouvernement Macron vient de décréter l’abaissement de l’instruction obligatoire à 3 ans. Le mouvement JRE s’inquiète de cette mesure qui tend à déposséder – un peu plus – les parents de leurs enfants. Ne manquez pas cette émission sur la chaîne de Farida Belghoul.

11 commentaires sur “« Obligation scolaire » à 3 ans : les enfants n’appartiennent pas à leurs parents”

  1. Dans les faits les enfants appartiennent de moins en moins aux parents, on passe outre l’autorisation des parents pour imposer la vaccination de force, les écoles deviennent des écoles du sexe sans même que les parents n’aient rien à dire, on va vers l’interdiction des fessées, retrait des enfants en cas de  »maltraitance » terme flou qui autorise l’enlèvement d’enfants dans des cas souvent illégitimes.. être parent se réduit à offrir le gîte et le couvert à ses enfants, le reste la république satanique gère..

  2. Après petite recherche, je découvre que ( suite à la vidéo de Farida ce soir ) :
    Didier Dumas est mort le 21 février 2010.
     » Danièle Flaumenbaum, sa compagne de route et mère de ses enfants  »
    elle a repris le flambeau derrière lui, tout tourne autour du sexe, son bouquin : https://www.danieleflaumenbaum.com/bibliographie/
    Et maintenant nos gamins ben diable !
    Mais tjrs aucun réaction sur ces sujets abyssalement moches
    Alors ma foi, pourquoi ne pas pousser le bouchon de plus en plus loin pourquoi se gêner !
    j’en ai marre j’en ai l’overdose
    Je protège les miens depuis des années, mais depuis des années bjr les retombées ……….

  3. Bonsoir Farida, je regarde le live hors connexion, il est 21h57 et difficile de suivre. des coupures à répétition, idem pour accéder ici. satan tiens les manettes ce soir encre
    beurkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkk
    Ils m’écoeurent profondément je les vomis
    Sainte Marie on pense à toi

  4. Je souscris bien plus qu’à cette inquiétude :
    – Je m’insurge contre ce rapt social, ce principe de confiscation parentale… Les enfants n’appartiennent pas à la République comme le prétend toujours l’idéologie relayée notamment par cet ancien ministre PS de l’éducation nationale Vincent Peillon.

    Et on prétendra interdire de céder des chiots de moins de six ou huit semaines…?!

    Ma fille n’est pas allée en école maternelle. Arrivée en école primaire, le premier jour son instit’ a commencé à l’interroger un peu trop agressivement à son gré. Tout de suite elle lui a rétorqué: – moi dans le bureau de mon papa j’avais six institutrices-secrétaires!

  5. Il est évident, sans avoir peur des termes, que devant les arguments que vous venez de donner, Madame Laurence Rossignol ment. Déjà en 2012-2013 Madame Marisol Touraine disait que les enfants appartenaient plus à la République qu’à leurs parents. J’ai le souvenir aussi, qu’il y a une bonne douzaine d’années et peut-être plus, alors que j’écoutais le 19-20 sur France-inter en voiture, j’entendais le ministre de l’éducation nationale du gouvernement Chirac ou Sarkozy expliquer que l’école publique était un lieu où l’enfant devait oublier sa famille et ses traditions.
    Il n’y a pas de doutes, la République n’est pas politiquement un type où un fonctionnement de gouvernement parmi d’autres mais une nouvelle religion de type théocratique et monolithique qui impose inconditionnellement son ascendant sur toutes les institutions, les états les nations et hypocritement sur les religions. Victor Hugo, très idéaliste, Bonapartiste au départ, vantait les mérites de la République Universelle. Il était un précurseur du mondialisme et de ce que nous voyons ce mettre en place dans le monde.
    J’ose affirmer que la République est le contraire de la vraie liberté, et même si en France, on a joui après la guerre d’une certaine liberté pour éduquer ses enfants et exprimer certaines analyses qui n’allaient pas dans les sens de certaines interprétations des vainqueurs de 1945, analyses quand même mal vues, c’est parce que les principes de la République n’étaient pas tous appliqués, loin de là. Mais la gauche qui est le fer de lance de la Révolution étant bien consciente de l’insuffisance révolutionnaire du processus. Mitterrand qui avait reçu une véritable éducation française, le savait, et ne pouvait pas ignorer qu’il allait mettre en place, en 1981, les pires ennemis de la famille et du peuple, tout cela par « arrivisme » et gloire personnelle.

Laisser un commentaire