L'alibi de Tariq Ramadan, ancien conseiller de Tony Blair, tombe à l'eau

Par Farida Belghoul

Ils défendent Ramadan. Jusqu’à quand ? L’instruction a pris sa vitesse de croisière. Le présumé coupable est toujours en prison. La campagne de soutien bat son plein. Jusqu’à quand ? L’argent coule à flots pour défendre un leader plein aux as. Jusqu’à quand ? Jusqu’à quand les musulmans reporteront-ils la mobilisation pour défendre leurs enfants au lieu de s’investir dans des dossiers dont ils ne savent rien, et qui sont agités comme autant de chiffons rouges…

Si l’affaire Ramadan est un piège c’est bien celui-là : tandis que les musulmans s’occupent et s’émeuvent du sort d’un ex-conseiller de Tony Blair (sic), invité par tous les medias de France et de Navarre depuis 30 ans (resic), les enfants de ce pays sont les victimes non médiatisées d’une politique de sexualisation précoce susceptible de faire d’eux des déséquilibrés, des pédophiles ou des violeurs… pour fonder une humanité d’obsédés sexuels sans foi ni loi, et soumis à la barbarie.

 

Résultat de recherche d'images pour "tariq ramadan et tony blair"

Tony Blair surnommé « le caniche de Bush »

Un petit tour sur la fiche Wikipedia de Tony Blair nous rappelle que ce dernier était surnommé « le caniche de George W. Bush » quand il apporta en 2003 un soutien sans faille au président américain Bush lors de la guerre en Irak. Et, dans le paragraphe « Droits des personnes LGBT », on peut lire :

La législation concernant les droits des personnes LGBT a été largement modifiée vers plus de progressisme pendant les mandats de Tony Blair. L’âge de majorité sexuelle a ainsi été abaissé à 16 ans pour les relations sexuelles entre personnes du même sexe et les personnes LGBT ne sont plus interdits de servir ouvertement dans l’armée. En 2002, l’adoption par les couples homosexuels a été autorisée, et en 2003 les discriminations de nature homophobe dans le monde du travail ont été interdites. Par ailleurs, depuis 2005, une loi permet des contrats de partenariat civil pour les couples de personnes de même sexe. En 2004, les transsexuels obtinrent le droit de changer de sexe tout en modifiant leur certificat de naissance en conséquence.

On lit également dans le paragraphe consacré au « Débat sur le port du voile »  :

Le ministre de Tony Blair, Jack Straw déclencha une polémique sur le voile en octobre 2006, demandant aux femmes d’enlever leurs niqab (voile musulman qui cache le visage) lorsqu’elles lui parlaient. Tony Blair affirma alors qu’il pensait que le niqab était une « marque de séparation ». Il a soutenu aussi le conseil de Kirkless qui avait suspendu Aishah Azmi de ses fonctions d’assistante éducative pour avoir refusé d’enlever son voile à l’école.

 

Est-ce trop demander aux musulmans de tourner leurs regards vers leur foyer familial et de protéger leurs gosses de la mise en oeuvre de la déclaration internationale des droits sexuels … en attendant la fin de l’instruction ? En effet, l’article du Muslim Post ci-dessous invalidant l’alibi de Tariq Ramadan devrait inciter les partisans du leader à davantage de prudence :

Depuis le 2 février, Tariq Ramadan est placé en détention provisoire après les plaintes de deux femmes fin octobre. Des plaintes qui ont débouché sur une information judiciaire confiée à trois juges d’instruction. Tariq Ramadan est accusé de viols, dont l’un sur personne vulnérable.

La défense affirme avoir un alibi en béton

Le lundi 5 février, l’affaire prend une tournure étonnante. Le Parisien révèle en effet qu’une réservation de billet d’avion, fournie par les avocats de Tariq Ramadan, « s’est mystérieusement égarée au parquet de Paris avant de réapparaître très tardivement. » Cette réservation contredirait les déclarations de l’une des plaignantes connue sous le pseudonyme de « Christelle », puisque selon les avocats, Tariq Ramadan aurait atterri à Lyon à 18h35 le 9 octobre, alors que la plaignante affirme avoir rencontré l’islamologue « dans l’après-midi. » (…)

Une pièce qui disparaît et réapparaît

(…) A ce jour, aucune vérification de la présence ou non de Tariq Ramadan dans le vol Londres-Lyon atterrissant à 18h35 n’a été faite. Problème : les avocats Yassine Bouzrou et Julie Granier misent sur cet alibi pour effacer tout soupçon à l’encontre de Tariq Ramadan. Or, dans des mails que nous avons pu consulter, l’information selon laquelle Tariq Ramadan aurait atterri à Lyon à 18h35 est fausse.

Tariq Ramadan est arrivé à Lyon à 11h15

Le 15 septembre 2009, l’UJM (Union des jeunes musulmans) lance une invitation à Tariq Ramadan. Dans un mail adressé à son bureau, l’islamologue est invité à participer à une conférence, un cours et un débat qui auront lieu le 9 octobre. Après plusieurs propositions de vols Londres-Lyon et des discussions avec les organisateurs, le bureau du professeur d’Oxford finit par proposer un premier vol qui atterrirait le vendredi 9 octobre à 18h35. Tariq Ramadan repartirait alors le dimanche suivant. Mais dans un nouveau mail daté du 1er octobre, le bureau de l’islamologue écrit à l’UJM pour indiquer que Tariq Ramadan prendra finalement l’avion qui arrive à Lyon à 11h15, en provenance de Madrid et non plus de Londres. Le professeur prendra un vol de la compagnie Iberia pour se poser à Lyon en fin de matinée.

(…)

Source : lemuslimpost.com

 

Conclusion

Comment les partisans de Ramadan ont-ils crû que cette réservation d’avion était une preuve de la présence du présumé coupable dans le vol désigné ? Même un billet d’avion n’aurait pas été une garantie car seule la carte d’embarquement aurait pu constituer un document irréfutable. Les protecteurs de Tariq Ramadan se sont bien abstenus de prendre en considération ce fait d’une évidence pourtant fulgurante…

3 commentaires sur “L'alibi de Tariq Ramadan, ancien conseiller de Tony Blair, tombe à l'eau”

  1. LE VÉRITABLE ENJEU ? : LES LIBERTÉS PUBLIQUES.

    Je ne me suis guère intéressé à Tarik Ramadan jusqu’ici : l’expérience m’a appris à me méfier des intellectuels que les médias nous livrent clés en main comme véhicules de la pensée « reconnue »…
    Pour moi qui suis croyant – chrétien, mais reconnaissant l’authenticité religieuse du véritable Islam tel que je le conçois – un véritable leader musulman ne saurait être un bourgeois ami du confort : quitte à ce qu’on le confonde avec tant de faux Mahdis, ce ne peut être qu’une être pétri d’amour et de justice, une volonté de fer conjuguée avec un cœur d’or, une flamme vivante qui ne brûle que pour l’amour de Dieu et le bonheur du genre humain.

    Ramadan a-t-il violé, n’a-t-il pas violé ? Honnêtement, je n’en sais rien.

    Ce qui est plus important, c’est la manière dont l’État et la Presse traitent un accusé, quel qu’il soit.
    Or il semble que Ramadan ait cessé de plaire aux puissants. Or si les dénis de Droit qu’il subirait selon ses partisans sont bien avéré, c’est inquiétant pour le citoyen lambda qui lui n’est ni riche ni médiatisé : aujourd’hui nombre de juges tendent non pas à appliquer les Lois, mais à « faire la loi », ce qui est souvent le contraire !

    Au-delà de l’ « affaire Ramadan » qui n’est qu’un leurre médiatique pour amuser le peuple, le véritable enjej ce sont les libertés publiques – singulièrement menacées depuis quelques années, quand on s’avise de défendre les enfants contre l’État…

    1. Très bien dit ! Même les « anti-ramadan » devraient reconnaître qu’il y a une sorte d’acharnement anormal…et oui, ça fait peur pour l’avenir…pauvre France !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.