La théorie du genre au secours de Tariq Ramadan

Par Farida Belghoul

Des intellectuels occidentaux veulent qu’un musulman soupçonné de viols soit traité comme un juif ou un athée accusé du même crime, c’est-à-dire qu’il soit libre. Le violeur présumé juif ou athée étant libre, pourquoi le suspect musulman ne le serait-il pas ?

Y a-t-il quelqu’un dans l’avion qui perçoit l’inversion des principes dans ce raisonnement ? Ne serait-il pas plus juste de réclamer que les présumés violeurs juif et athée rejoignent le musulman en prison ?

Une certaine Amina Wadud est signataire de cet appel public en faveur de Tariq Ramadan réclamant « une procédure équitable » dans le traitement de cette affaire, c’est-à-dire réclamant sa libération. Ils sont une centaine d’intellectuels mobilisés dans cette opération de communication. On peut être sûr d’une chose : pas un seul d’entre eux ne signerait en faveur des enfants pour les protéger par exemple des cours d’éducation sexuelle.

Universitaire afro-américaine, favorable au mariage homosexuel et à la théorie du genre, en conséquence de quoi reconnue par le système, Amina Wadud porte le voile. En 2005, elle avait défrayé la chronique en conduisant la prière du vendredi dans une mosquée « inclusive » devant une assemblée d’hommes et de femmes mêlées, ce qui est totalement contraire à l’islam pour une bonne raison : la mixité tue le masculin, et une femme imam l’enterre définitivement. C’est tout de même gênant pour la suite de l’histoire humaine. A moins de considérer que l’homosexualité soit, à la fois, le remède à tous les maux et la solution finale.

Mariam Ramadan, elle-même voilée, est titulaire d’un master d’études de genre ; autrement dit, elle défend comme l’afro-américaine la thèse infernale de la confusion sexuelle sous couvert d’égalité des droits entre les hommes et les femmes.

Pour rappel, la théorie du genre est une idéologie perverse prônant la liberté de choisir son sexe en fonction d’un « ressenti » instable, et la plupart du temps éphémère. Le caractère objectif et inné de l’identité sexuelle est remis en cause par cette idéologie voulant s’imposer au monde entier. Toutes les institutions de la planète sont pressés de mettre en place un arsenal de lois et de dispositions juridiques, sociales, politiques, et culturelles favorables au genre, c’est-à-dire au délire de quelques-uns perturbés par les violentes turbulences de la fin des temps.

L’islam ne doit pas échapper à la subversion. C’est ainsi qu’en 2014, Tariq Ramadan condamnait la Journée de Retrait de l’Ecole, seule action offensive existant alors pour interdire la mise en œuvre de l’idéologie du genre dans les programmes scolaires.

Comment introduire une théorie anti-islamique en islam ?

Il suffit de mettre en place une harka post coloniale et les harkis post coloniaux feront le boulot. L’UOIF usa de ce procédé en 2014 avec des pro-LGBT « musulmans » comme Khelimat, Marongiu-Perria ou Laamarti pour en découdre avec nous et notre combat destiné à protéger les enfants.

L’islamologue chéri lui-même retroussa les manches pour en être, ce qui fait de Tariq Ramadan un allié objectif de Caroline Fourest. Souvenons-nous de sa prestation télévisuelle mielleuse avec Zahed, imam homosexuel et républicain, qui prétendait que le prophète Muhammad marierait des homosexuels s’il était vivant. Le professeur Tariq qui choisit soigneusement ses interlocuteurs pour débattre avec eux avait accepté de se commettre en public avec ce docteur en sciences humaines et sociales à l’égard duquel il fut très aimable.

Sur le plateau de Bourdin de BFMTV, il avait en revanche craché sur la Journée de Retrait de l’Ecole et le patriarcat primordial. Il osera même insinuer que le genre ferait bon ménage avec l’islam… Le patriarcat dégénéré et méchant dont on connait bien les ravages de nos jours n’autorise pas Tariq Ramadan à détruire le patriarcat primordial, protecteur de la femme et de l’enfant.

En aucun cas, la parodie ne peut remettre en cause le modèle primitif et sain.

Il faut ici préciser qu’un harki est un agent de la franc-maçonnerie, volontaire ou non, conscient ou non de sa collaboration avec le diable. Ramadan est un harki post colonial. C’était clair.

Quand on s’en offusquait, les bourriques rétorquaient, pour nous discréditer, que nous avions des comptes à régler avec le bellâtre. Je ne parle pas ici des membres rapprochés de la secte réformiste qui sont payés mais de ces pauvres mères de famille qui croient encore au père noël tout en faisant vaguement leurs cinq prières par jour… Quant aux bourricots mâles qui voient dans les péchés capitaux de l’islamologue une occasion de cautionner leurs méchancetés sexuelles et sociales envers la gente féminine, n’en parlons pas !

Amina Wadud ne signe pas ce texte par hasard. Comme Houria Boutelja qui l’assume en tant qu’indigène de la république maçonnique, et signataire du même texte, Amina Wadud appartient à la harka post coloniale internationale. J’en veux pour preuve supplémentaire que cette « féministe musulmane » (sic) approuve aussi des « mouvements de musulmans athées » (sic) qui lui paraissent « très bien ».

Amina Wadud apporte au menu mondialiste, en parallèle des juifs athées du type BHL ou Attali, des pseudos musulmans du même bois… Tariq Ramadan, d’après les déclarations de Majda Bernoussi, serait bel et bien un athée se réclamant abusivement de l’islam.

Un harki post colonial ne tente pas d’introduire la théorie du genre en islam sans prendre le risque de finir au trou et de se pisser dessus.

L’injustice des hommes est parfois la justice de Dieu

La souveraineté du peuple est un mensonge maçonnique gobé par les bourriques. Dieu seul est Souverain.  Il est donc fort possible en effet que Le Souverain Maître ait décidé qu’en matière de crime sexuel le juif et l’athée soient convoqués plus tard au Tribunal du Ciel, n’en déplaise aux harkis contemporains qui rejettent l’idée – ô combien islamique – qu’il vaut mieux être jugé par les hommes par un tribunal sur terre. Le châtiment divin déduira de la peine céleste la condamnation terrestre. En toute Justice.

Farida Belghoul

 

 

 

 

 

 

 

 

1 commentaire sur “La théorie du genre au secours de Tariq Ramadan”

  1. Merci Madame Farida pour cet article merveilleux et désolant à la fois. Ce qui désole le plus, à mon sens dans toute cette situation, est le fait que l’homme musulman lambda continuera de défendre Ramadan et tous les modernistes « musulmans » et républicains et criera toujours au complot contre ses « représentants », il a beau vu et entendu de ses propres oreilles mais son cœur refusera de comprendre que ces télévangélistes ne sont là que pour répandre la religion républicaine et soumettre les vraies religions à l’athéisme déguisé…en tous cas c’est mon expérience avec plusieurs « musulmans ».

Répondre à Elias Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.