Facebook : la censure

Par Roman Rodriguez

Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, a récemment annoncé son intention de censurer son réseau social en contrôlant les sources d’informations.

Alors même qu’il déploie progressivement de nouvelles «fonctionnalités» sur son produit afin d’empêcher les utilisateurs de communiquer librement, Facebook plaide publiquement en faveur de la limitation de la liberté d’expression en ligne.

Deux articles sur le blog de Facebook expliquent comment l’entreprise prévoit mettre en pratique les plans visant à limiter la liberté d’expression.

Pour empêcher la diffusion d’informations dérangeantes pour l’oligarchie, Facebook utilise des « vérificateurs de faits » pour signaler les publications à supprimer.

Ces outils se baseront sur des organes de presse mainstream comme le New York TimesLiberation ou Le Monde.

1 commentaire sur “Facebook : la censure”

  1. « FAITES UN JUSTE USAGE DU « MAMMON » DE L’INJUSTICE » – autrement dit : des richesses injustes.

    D’UN AUTRE USAGE DE FACEBOOK.

    C’est une citation de Jésus : il savait très bien que tant que durerait le monde, le système économique reposerait sur l’esclavage, la guerre, le pillage… Pourtant la bonne volonté de ceux qui feraient bon usage de ces biens mal acquis par la société, serait agréée par Dieu.

    Aujourd’hui, une autre sorte de « richesse injuste » existe : le système des médias. Il suffit de voir combien les ménages dépensent pour acheter des télévisions et des smartphones, pour en être convaincu.

    Or une partie de ces médias nous donne un pouvoir de communiquer : les RÉSEAUX SOCIAUX.
    Mais encore faut-il en faire bon usage !

    Il est fatal qu’une CENSURE s’installe sur Facebook : les réseaux sociaux ont été conçus pour nous amuser, pas pour véhiculer la révolte…

    Il est vain d’écrire des propos incendiaires sur le mur Facebook d’un poluticien ou d’une star des médias : c’est le moyen de se faire censurer ou bloquer, à moins que le détenteur du compte n’ait paramétré celui-ci pour que vous et vos amis soyez seuls à voir votre publication…

    Voici donc UNE AUTRE MANIÈRE DE FAIRE PASSER UN MESSAGE DISSIDENT SUR FACEBOOK : elle est encore applicable telle quelle en 2018, dans l’état actuel des moyens de la Censure.

    Vous allez sur le mur Facebook dnun politicien, d’un journaliste, de qui vous voulez : ce que vous recherchez, c’est SON PUBLIC.

    Mais au lieu de tenter plus ou moins vainement de publier vos réactions, vous repérez les gens qui publient et qui « likent », et c’est à eux que vous envoyez des MESSAGES PERSONNELS en copié-collé !
    Au bout de quelques dizaines de messages, Facebook vous enverra une captcha pour vérifier que vous n’êtes pas un robot, et finira par vous bloquer dès qu’une lavette vous aura dénoncé : il faut donc faire cela depuis des comptes Facebook sacrifiés voire depuis des terminaux informatiques sacrifiés – à la limite, constitués en cybercafé, de même que les adresses e-mail qui s’y rattachent.

    C’est dire que la contestation par voie informatique ne souffre plus l’amateurisme : l’envoi simultané et facile de milliers de messages, c’est du passé ! Même par sms, il faut ruser, les envoyer un par un, passer d’une application de sms à une autre, etc.
    On ne conteste pas « pour s’amuser ». C’est un acte de RÉSISTANCE, c’est un COMBAT pour lequel il faut les armes appropriées : la ténacité, la patience, la constance, l’aisance pour changer d’identité virtuelle, etc.

    Il faut aussi de la méthode, et un BUT à atteindre : protéger les enfants peut être ce but, et dans l’état actuel du monde c’est la poursuite de ce but qui implique la révolution la plus radicale.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.