Transhumanisme et souvenirs

Par Rémy Savin

Pour le transhumanisme, l’expérience du souvenir est avant tout un enjeu de base de données.

Comme n’importe quelle donnée stockée, les souvenirs doivent ainsi pouvoir être utilisés et réutilisés à volonté, en fonction des besoins.

Cette perspective modifie considérablement la définition même de ce qu’est l’expérience de la vie, et met en lumière un autre grand chantier du transhumanisme : extraire l’âme de son enracinement naturel dans le temps, l’espace, et la matière, pour faire de la conscience humaine une simple question d’assemblage programmable instantanément et à volonté.

Pourra-t-on un jour stocker nos souvenirs pour les revivre ?

Dans Assassin’s Creed, «le héros Callum Lynch revit les aventures de son ancêtre Aguilar, dans l’Espagne du XVe siècle», nous apprend le pitch du film. Le même procédé sera-t-il bientôt possible dans la réalité?

Pour l’instant, les réceptacles les plus évidents de nos mémoires restent les incontournables réseaux sociaux. Selon une étude de l’institut CSA et Orange, 85% des Français tiennent à transmettre leurs mémoires à leurs amis et à leur famille. Après les albums photos d’antan, la timeline Facebook a pris le relais de nos moments de vie, en commençant par notre naissance jusqu’au dernier message ou à la dernière photo mise en ligne.

Et dans le futur, comment les choses se passeraient-elles techniquement si nos proches voulaient revivre nos souvenirs ? …

Lire la suite : 20minutes.fr

Laisser un commentaire