Toucher vaginal sans consentement

Par Roman Rodriguez

Le toucher vaginal sur des patientes endormies est une pratique évoquée dans plusieurs blogs, par des témoignages de futurs médecins et même attestée par des documents.

Bon nombre de professionnels de la santé et d’internes ont expliqué qu’ils doivent apprendre leur métier, et qu’il est préférable que la patiente ne sente rien, ne se souvienne pas que plusieurs inconnus sont passés la « voir ». Certains témoignages citent également les touchers rectaux, actes moins fréquents mais réalisés eux aussi sans consentement de l’intéressé.

La loi Kouchner impose depuis 2002 qu’ « aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment », celui surtout que son corps ne soit pas instrumentalisé. Ce geste effectué sans consentement pourrait même être assimilé, au sens pénal, à un acte de pénétration sexuelle commis sur la personne d’autrui par contrainte ou surprise, c’est-à-dire un viol.

« Si vous ne voulez pas être un objet d’étude, il vous suffit d’éviter de vous faire soigner en CHU », ont rétorqué certains médecins.

Le consentement libre et éclairé du patient à chaque acte médical est clairement un des points aveugles de la formation des médecins.

Laisser un commentaire