Mélenchon est-il transsexuel ?

Par Farida Belghoul

Dans cette vidéo, Mélenchon fait une telle plaidoirie de l’homosexuel châtré que je me suis demandée s’il n’était pas en train de nous avouer son changement d’identité de genre. Il a l’air si ému, si touché par le sujet, si convaincu du bien-fondé du mariage homo dont les conséquences sont à ses yeux sublimes, que je me suis demandée s’il n’était pas en quête de la reconnaissance suprême. Coming out, chéri ? En fait, tu aurais été par erreur une femelle dans ce que tu appelles le vieux monde ? Besoin d’aide pour avouer aussi ton appartenance au Grand Orient de France ?

 

1 commentaire sur “Mélenchon est-il transsexuel ?”

  1. Mélenchon Commet l’erreur habituelle, de l’idéologie du pseudogenre, que l’on retrouve souvent chez les gauchistes qui se disent ‘progressistes’, qui est de croire à tort que les dits ‘trans-genres’ (terme absolument vide de sens) seraient un modèle de disparition d’une prétendue barrière de séparation des sexes, et qu’on est humain et non sexué. Or c’est tout simplement faux. Cela ne repose sur aucune réalité scientifique, ni même statistique, et ce n’est pas un phénomène sociétal: C’est une œuvre destructrice de l’humain, un amalgame des cas rares où le sexe neuronal ne coïncide pas avec le sexe déclaré à l’état-civil, et j’ai démontré tout cela , vous le savez, le pseudo-genre n’est pas une chance pour l’humanité, puisque les personnes concernées sont soit d’un sexe, soit de l’autre, soit intersexuées, mais jamais ne constituent une preuve de l’unicité humaine, bien au contraire: Les personnes ISCP (Inversion de la Sexuation Cérébrale Prénatale, affection d’intersexuation, et handicap de naissance et biologique) ces personnes au contraire, qui sont en premier lieu concernées par ces récupérations maçonniques, démontrent justement qu’il y a bien deux sexes, fondamentaux, non seulement créés par les gonades, l’apparence du sexe à la naissance, mais bien encore plus par la sexuation du cerveau qui a été démontrée, et qui chez ces personnes est bien déterminée dans un sexe ou dans l’autre, et non pas un transfert d’un sexe vers un autre du fait d’une position intellectuelle ‘progressiste’ (on ne change pas de sexe, c’est un mensonge, là encore, entretenu sciemment).
    Bien entendu, Mélenchon n’est pas ‘trans quelque-chose’, si ce n’est ‘transfuge FM’, peut-être, mais en train de récupérer politiquement l’idéologie mortifère du pseudogenre, contre ces personnes elles-mêmes, puisqu’il leur amalgame cette idéologie à partir d’une particularité médicale, et qui doit le rester, qui n’est en rien un sujet qui serait sociétal. Que ce soient des troubles de l’identité sexuée, des intersexuation corporelles, des ISCP biologiques, les lobbies récupèrent et amalgament ces personnes, qui elles vont souffrir, en plus de ces amalgames, du rejet de ce qui apparaîtra comme un choix sociétal.
    C’est comme si on disait que la déchéance de la France vient des musulmans, je vous demande à tous, lecteurs, d’y réfléchir, car sur un problème quel qu’il soit, idéologiser sociétalement tout comportement, revient à se poser des œillères et à rendre tout dialogue impossible pour rouvrir les yeux de nos concitoyens: Il y a les ‘pour’, les ‘contre’, les ‘sans avis’, ce qui n’est pas mieux, mais aucun d’entre-eux ne se préoccupe de la vérité scientifique, médicale et humaine des personnes concernées.
    Qui se préoccupe de l’élan vers Dieu d’une femme qui prend le voile?, ce qui existe aussi chez des femmes catholiques, non! personne! On va amalgamer dans une idéologie pour ou contre, le fait du voile, l’émancipation de la femme qui serait bafouée ou pas, etc…
    En matière de particularités de sexuation, qu’elles soient biologiques et de naissance, qu’elles soient liées à des troubles débutant dans la petite enfance et qui sont psychologiques, que ce soient des intersexuations corporelles, que ce soient des masculinisations partielles du cerveau du bébé-fille, in-utero ( et se pose la question des perturbateurs endocriniens…) on ne veut pas savoir la réalité scientifique, on les amalgame de tous bords, pour ou contre.
    Ce qui me semble le plus malheureux, comme me le dit mon ami, musulman sincère, il est dommage que dans les deux religions, musulmane et chrétienne, ce soit là aussi qu’on trouve les plus grands amalgames, le plus grand rejet, contre tout ce qui devrait faire l’esprit de conscience et d’élévation de l’âme vers le très haut, bref, une méconnaissance volontaire des causes d’un problème, médical, marginal, que les idéologues tournent en égérie de leurs dogmes anti-religieux, c’est évident, en se prétendant, eux, progressistes.
    On mélange aussi l’orientation sexuelle et l’identité sexuée, c’est un autre amalgame, et tout le monde le fait, de tous les bords, et c’est là encore une volonté des lobbies depuis les années 2000 en France au moins, amalgame qui permet qu’on ne comprenne plus rien à la sexuation biologique, et aux lois fondamentales naturelles de l’immense majorité de la population.
    Concernant le mariage, Mélenchon a proposé certes, l’union civile: Ce n’est pas le mariage, qui est une union sacrée entre une femme et un homme pour protéger la création d’une famille. Cela a abouti au PACS, et non à une forme de mariage dénaturé, c’est le terme, où encore une fois on amalgame des scientismes, des idéologies fausses pour justifier d’utiliser un terme que Mélenchon se fait, bien sûr, un plaisir d’employer pour détruire l’élévation vers Dieu du couple et de la famille, et y prétendre au progressisme de l’individu matérialiste.
    Le discours de Mélenchon est caractéristique de ce que j’entends: « Quel courage! » c’est une image d’un monde en progrès qu’on veut me coller, alors que je rejette justement ce que je considère comme un progrès mortifère, qui fait prendre les choses pour ce qu’elles ne sont pas, dans un but, on le sait, de détourner les femmes de leur instinct de maman, de les décourager, femmes comme hommes, de la volonté de créer une famille et de transmettre la vie. Je leur réponds, bien entendu, et vous le savez, que au contraire, les femmes ISCP montrent qu’elle sont des mères , des femmes à 200% et qu’elle réfutent ainsi de manière très évidente l’idéologie du pseudogenre qui voudrait supprimer la complémentarité et la différence entre les deux seuls sexes qui justifient la transmission de la vie.
    Malgré mon combat, j’ai l’impression, nette, d’être une pestiférée, parce qu’on ne veut pas regarder, dans l’autre camp, les réalités en face, qu’on agit par dogme, par rejet, et non, comme Dieu nous le commande, par ouverture aux autres, par écoute, et par respect de la nature humaine et élevée de chacun, de chacune, sans son altérité, dans sa complémentarité, et donc aussi, dans sa différence, dans le cadre d’une communauté élevée vers le céleste.
    Il est évident que le progrès se fait vers la lumière et non vers des idéologies politiques. Les croyants devraient être les premiers à progresser par l’élévation de leur âme vers la pureté, la connaissance, la sagesse, en un mot. Mais malheureusement ils laissent ce terrain à la fausse lumière qui mène aux sous-sols de l’humanité.
    Je dialogue avec des familles catholiques concernées par l’ISCP, malheureusement, je vois comme une famille croyante peut rejeter son enfant, le nier, le virer dans la rue, parce qu’il est né différent, et simplement cela dérange le narcissisme, la bien-séance, d’un ou des parents, et je pense à une maman, capable de mettre son enfant à la rue, quel que soit le motif, ou à l’obliger à avorter, ces histoires dont on ne parle pas, que l’on tait, et qui font tellement de mal, que je ne vois pas quel pardon sera possible ensuite face à Dieu.
    Or, si chacun connaissait la vérité médicale, scientifique, psychologique, avant de chasser son enfant, si ce parent tentait de comprendre ce qui se passe réellement pour son enfant, sa réalité sexuée biologique, ou sa réalité psychique, il n’y aurait pas ces réactions de rejet. Je pense qu’actuellement, c’est parce que ces idéologies du pseudogenre mentent sur les réalités, que tant de parents préfèrent ne pas entendre leur enfant et le mettre à la rue, ou le pousser de fait à fuir un milieu qui le nie ( je rappelle malgré tout la très grande rareté de ces particularités biologiques ou des ces troubles psychologiques). Par ce rejet, les croyants donnent des arguments à ceux qui veulent expurger les religions, des croyants sincères, qui malheureusement, souvent, ne font pas la part entre sagesse et dogme. Encore une fois, il ne s’agit pas de justifier une idéologie, mais bien de la combattre, en se donnant les outils de la compréhension de la réalité de phénomènes très marginaux, qu’on nous présente faussement comme une nouvelle norme. On voit bien l’art de conviction de Mélenchon, qui est en réalité de la manipulation des masses dites de gauche, et je combats sans ambiguïté cette manipulation. Mais de même, je condamne la manipulation engendrée par l’ignorance et et l’hypocrisie de certains croyants, qui n’agissent pas par Dieu, mais par convenance sociale narcissique.

Laisser un commentaire