L'existence des chemtrails démontrée

Par Roman Rodriguez

Ils ont intensifié le programme. Pourtant, certains continuent de lever les yeux vers le ciel et dire : « Tout va bien, tranquille. C’est rien de mal. ». La vidéo suivante démontre l’existence des chemtrails.

2 commentaires sur “L'existence des chemtrails démontrée”

  1. Il s’agit en langue française de « traînées ». Toute combustion produit de l’eau ( la buée que vous faites en respirant quand il fait froid ) ! En cas de gel, surtout à moins -25 jusqu’à moins -50 °C, la buée de la combustion des moteurs se transforme aussi sec en cristaux de glace. Ces avions volent entre les niveaux FL 150 et FL 400 (40.000 pieds environ 13.000 mètres). Les températures sont fortement négatives. Je me souviens que les testeurs du B747 indiquaient +27°C au bord d’attaque (avant) de l’aile et moins -47 °C au bord de fuite ( arrière ) de l’aile . Il est évident que la plupart du temps on laisse ainsi des traces de glace derrière à 900 kmh qui se mesurent immédiatement en centaines de mètres ! Il n’y a rien là-dedans qui soit dangereux ! Le vent les dissipe ensuite plus ou moins vite…

    Il convient ici de rappeler que la quantité de supposé poison dissipée selon les théoriciens de la chose, serait énorme car la dispersion sur des centaines et milliers de kilomètres carrés réduit potentiellement le calcul à une quantité marginale par m3. De plus, tout le monde respire l’air extérieur en avions, en voitures, en trains. S’il y avait du poison tout le monde serait déjà mort ! Surtout ceux en avions passant à travers les traces des autres, ou dessous, non !? Cette théorie est complètement débile !

    Arrêtez d’affoler les gens ignorants des choses de la physique et de l’aviation.

    Voyez vous-même votre buée d’expiration à travers votre cache-nez quand il gèle à -15 °C ou plus !? Elle gèle… Alors imaginez un peu le volume de gaz d’échappements des voitures, des avions, des camions. Un LEARJET 45 de 10 PAX biréacteur consomme 72 Lbs/h x 2 réacteurs d’essence avion à réaction = 144 Lbs/h nominales PLUS l’oxygène de l’air, le poids de C02, plus l’eau crachée par les tuyères est énorme et suffisant pour provoquer des traces de glace qui sous l’effet du soleil brillent blanches comme tous les nuages vus du dessus, toujours ! Dans le soleil couchant les teintes varient vers l’orangé… C’est NORMAL !

    Je vous aime bien Mme Farida BELGHOUL, vous le savez ! Je vous respecte infiniment pour votre combat pour les enfants et votre courage contre le « système ». Ne gâchez pas tout avec des élucubrations dignes de contes à faire peur d’Halloween…

    Larguer du poison par les bords de fuite des avions est un procédé de roman feuilleton. C’est impossible physiquement. Ou alors cela serait tellement atténué qu’il ne pourrait y avoir d’effet réel. Il faudrait larguer en permanence… EN TRES GROSSES QUANTITES et cela ne passerait vraiment pas inaperçu… Par contre la circulation des camions serait plus propice à solliciter l’imagination d’un tel procédé, que je ne m’autorise pas à investiguer ici, ne voulant pas donner de mauvaises idées à des sauvages ! C’est déjà trop…
    LMDM

    1. Qui t’as parlé de poison !? Evidemment que ce n’est pas ça ou alors c’est un poison lent ! Il y a une multitude d’explications et d’utilisation, comme la géoingenie (modification de la météo) ou encore en association avec HAARP afin de refl2ter les ondes (grace aux particules metalliques (barium, etc) détectées dans les trainées chimiques des avions.

Laisser un commentaire