L'Etat contre l'immunité naturelle

Par MARTIN

Ce matin Vendredi 8 Décembre à 6h00 GMT, nous sommes à moins 23 jours et 18 heures de « l’heure du crime » : MINUIT le 31 Décembre prochain. A ZERO heure ZERO minutes et une seconde, l’État républicain maçonnique commettra le crime suprême d’attenter à la LIBERTE des gens, mais il en a pris l’habitude, cela ne le gêne plus du tout. Mais il en commettra un autre, plus terrible encore, celui de NUIRE à la Santé de millions d’habitants du Pays, officiellement et au premier chef : les nouveau-nés, nourrissons, bébés et jeunes enfants de zéro à 2, 6, 13 ans et plus ! Tout le monde sait depuis des décennies que les vaccins sont dangereux et impliquent des milliers, jusqu’à des centaines de milliers de maladies gravement handicapantes, trop souvent mortelles. Alors, quand l’État nous rabat les oreilles des morts sur les routes en proportions marginales sur les km/passagers parcourus annuellement et de plus très en-deçà des probabilités mathématiques, il apparaît comme l’hypocrite-escroc qu’il est. L’État est notre ENNEMI et… il le sait, comme le démontrent ses propres textes.

Aux dernières nouvelles les vaccins continuent de se révéler nuisibles et dangereux.

Nous apprenions l’abandon du vaccin anti-ZIKA en Amérique du SUD d’abord, puis ces jours-ci le revers du DENGVEXIA. Ce vaccin anti-DENGUE a vérifié qu’il aggravait la maladie attrapée par les vaccinés par rapport aux non vaccinés ! C’est bien évidemment le contraire que l’on attend du vaccin habituellement. Aux Philippines, les « zautorités », tout aussi autoproclamées là qu’ailleurs, ont annoncé la semaine dernière la suspension de leur vaste campagne de vaccination suite au rapport de la F.D.A (FOOD and DRUG Administration) publié par SANOFI lui-même. Mais les dommages reconnus comme potentiels sont déjà là : 733.000 enfants ont déjà subi cet attentat contre leur santé immédiate et pire à terme. L’abandon coûte à SANOFI l’obligation de passer une écriture bien connue des comptables aux ordres des directeurs financiers : une PROVISION POUR DEPRECIATION des stocks déjà constitués de… 100 millions €. La recherche-développement du produit a déjà coûté 1,5 Milliard € à ce labo depuis 20 ans ! Le Figaro.fr ajoute une citation extrêmement inquiétante :  » SANOFI préfère se focaliser sur SIX projets-clés de vaccins actuellement en développement  » !? Devinez lesquels ?…

Partant de ces dernières révélations qui arrivent après tant d’autres depuis des décennies, il est légitime de se poser au moins trois questions cruciales :  

La première question : de quels vaccins parle-t-on exactement et avec quelles obligations précises ?

Le 23 Novembre dernier, il y a donc deux semaines, la dernière mise à jour sur le site vaccination-info-service.fr rappelait que les vaccinations obligatoires des enfants étaient celles contre la Diphtérie, le Tétanos, et la Poliomyélite aux âges de 2, 4 et 11 mois avec un rappel pour la Polio à l’âge de 6 ans puis de 13 ans. S’y ajoute l’obligation de vacciner contre la Fièvre jaune en Guyane française. Je note donc ici que l’association des vaccins serait évitée ce qui est bien. Je note également que le service officiel n’inclut plus le B.C.G. dans les obligations, ce qui est ignoré alors que c’est essentiel, tellement il est dangereux (3 & 7). Mais la vaccination avant l’âge de 8/9 mois, moment où les défenses immunitaires transmises par la mère s’estompent, laissant l’enfant sur son seul « système immunitaire », est depuis des décennies considérées comme inutile et même dangereuse par les scientifiques honnêtes (3).

Là-dessus, nous savons qu’une « concertation citoyenne » fut organisée en 2016 sans que personne dans le grand public n’y ait jamais participé, qui a permis « officiellement » au ministère de la Santé Publique de recommander depuis Juillet 2017 dernier d’ « élargir l’obligation vaccinale à HUIT vaccins (Coqueluche, Haemophilus influenza b, Hépatite B, Méningocoque C, Pneumocoque, Rougeole, Oreillons, Rubéole) « . SANOFI produit 16 vaccins moins celui sur la DENGUE retiré, donc 15 vaccins : les quatre déjà obligatoires, plus quatre autres parmi les 8 annoncés comme imposés à partir du 1er Janvier 2018, zéro heure : diphtérie ; infections à Haemophilus Influenzae type b ; infections à méningocoques ; coqueluche ; tétanos ; hépatite B ; poliomyélite ; fièvre jaune.

NB : je signale à toutes fins utiles que la rubéole est récurrente, de même que la varicelle, elle sous forme de zona. Je les ai subi deux fois chacune dans ma vie ! Le fait de les avoir eues ne procure donc aucune immunité à ma connaissance ! La vaccination paraît donc sans validité puisqu’elle prétend par principe dogmatique empêcher ou atténuer fortement la maladie !? Ce que confirme la dangerosité accrue, même, dans le cas de la DENGUE !

La deuxième question : que disent les articles concernés du CODE de la SANTE PUBLIQUE sur légifrance ?

– Sur les vaccinations Articles L3111-1 à L3111-11 :

Je note que les vaccinations antidiphtérique et tétanique par l’anatoxine sont obligatoires et qu’elles doivent être pratiquées simultanément ! Ce qui n’est pas favorable du fait de cette association (3). MAIS, SAUF CONTRE-INDICATION médicale reconnue ! Même chose pour l’anti-Poliomyélite et l’anti-Fièvre Jaune !

Je note encore l’extension d’obligation aux vaccins anti-grippe et anti-hépatite B pour les personnels des établissements de soins. Dans un labo, s’y ajoute en plus anti-fièvre thyphoïde.

Je note encore qu’à l’Article L3111-9 est prévue  » la réparation intégrale des préjudices imputables à une vaccination obligatoire pratiquée… est assurée par l’Office National d’Indemnisation des accidents médicaux,… et des infections nosocomiales… au titre de la solidarité nationale  » ! Cela c’est fort !

Voilà que subsiste encore le grand principe érigé dans les années soixante de la SOLIDARITE NATIONALE !

Voilà qu’est prévue l’indemnisation des victimes des accidents médicaux, laquelle a certainement freiné l’enthousiasme des Ministres à maintenir l’obligation vaccinale compte tenu des très nombreux accidents constatés depuis des décennies au moyen de la suspension directe du BCG et de la généralisation des possibilités de contre-indications pour le reste du corpus obligatoire !

– Sur les vaccinations obligatoires : L3112-1 à L3112-5 :

Ces articles-là traitent uniquement de la vaccination anti-tuberculose le B.C.G.

Ils rappellent notamment l’obligation par décret du 19 Décembre 2005, depuis le 1er Janvier 2006 de la vaccination préalable pour l’admission en maternelle, ou chez les assistantes maternelles, dans les pouponnières et pour les enfants de plus de six ans dans les collèges et lycées. MAIS, aux termes d’un décret du 17 Juillet 2007, l’obligation vaccinale est suspendue conformément à la Loi du 23 Février 2017 dernier dans l’article L3111-1 du CODE qui prévoit cette faculté. D’où le fait que le B.C.G. ne soit pas mentionné sur le site vaccination-info-service.fr cité plus haut. Il était obligatoire avant, il ne l’est plus… pour l’instant. Et c’est heureux (3 & 7).

La troisième question : l’obligation vaccinale est-elle contraire aux droits du patient ?

L’Article L1111-4 du CODE de la SANTE précise que  » toute personne a le droit de refuser ou de ne pas recevoir un traitement « . Mais ceci ne s’applique pas aux vaccins dont l’obligation est légalisée aux termes des articles cités ci-dessus. Mais, au contraire du Monde.fr et de ses « décodeurs », je note que cela ne contredit pas totalement le Droit Fondamental au refus, puisque des cas de contre-indications peuvent être relevés objectivement par les médecins consciencieux et soucieux des intérêts du patient ! Cette ancienne pratique qui est justifiée de longue date et dont j’ai bénéficié, moi et mes enfants, presque pour tout, vide donc de sens l’article du monde qui félicite le Ministre de ne plus prévoir ni sanctions, ni exemptions, car les contre-indications sont officiellement reconnues ! Reste à savoir si cette pratique est étendue aux nouveaux 8 vaccins ? ELLE DOIT L’ÊTRE !

Au vu des réponses à ces trois questions fondamentales, la conclusion générale du jour arrive d’elle-même :

Il y a effectivement un DOGME quasi-religieux officiel en France qui proclame que :  » la vaccination protège contre la maladie « . D’abord ce dogme est prouvé FAUX (3 & 7), et ensuite il y a une désinformation des maladies graves induites par ces inoculations qui ne peuvent jamais être anodines.

La LAÏCITE sectaire impose ainsi des dogmes indiscutables qu’elle empêche par tous les moyens, y compris judiciaires et policiers, de contredire, voire même de seulement ignorer !

On a le cas avec les armes parce qu’évidemment l’État policier, l’État sectaire, totalitaire, craint énormément le Peuple et sa révolte légitime contre tous ses oukases.

On a le cas aussi avec les vaccins parce que c’est une affaire de centaines de Milliards de Chiffre d’Affaire total pour quelques labos pharmaceutiques mondiaux et que « La Sécu » française est bien connue pour être une vache à lait extraordinaire. La retenue à la source des « cotisations » dites « sociales » n’y est évidemment pas pour rien, en violation de l’article premier du Code de cette INSTITUTION démoniaque qui stipule que l’adhésion est facultative. D’ailleurs, voyez les malheurs qui arrivent à ceux qui se libèrent de la Sécu…

Les Ministres sont évidemment corrompus comme le fut MITTERRAND qui vécut 14 ans à l’Élysée grâce aux produits BELJANSKI et au G5 de Loïc LE RIBAULT (j’ai les preuves). Ce « Savant maudit », à l’instar de plus d’une centaine d’autres à l’histoire retracée par Pierre LANCE dans ses 7 bouquins, a été plus que certainement pour moi, et d’autres, assassiné méchamment dans l’hôpital de DINARD, dont un des anciens directeurs m’a dit un jour qu’il faisait partie de ces lieux maudits où tous les crimes parfaits sont possibles. Le Figaro.fr du 17 Novembre dernier, dans un article de diffamation incroyable contre ces deux grands Professeurs JOYEUX et MONTAGNIER sembla se réjouir de leur  » lent naufrage scientifique « , causé par leur objectivité sur les vaccins notamment, mais pas seulement !

Je terminerai sur la remarquable conclusion de cette grande femme qu’est Isabelle ADJANI :  » S’il y a un crime contre l’immunité, ça deviendra un crime contre l’Humanité  » ! Allant, comme un Homme, de la parole aux actes, « droite dans ses bottes », elle refuse par hypothèse  » d’injecter ces onze vaccins à un bébé de quelques mois, c’est-à-dire (il faut le rappeler) 31 doses de vaccins dont 25 contiennent cet adjuvant toxique pour le foie, le cerveau, les reins qu’est… l’Aluminium, y compris celui de l’Hépatite B, aberrant puisqu’il concerne la sexualité et le plus risqué de tous (NDLR : avec le BCG), s’apparente à jouer à la roulette russe « .

Il est bien MINUIT moins 23 jours et 18 heures à mon chronomètre avant l’HEURE DU CRIME !

LMDM

2 commentaires sur “L'Etat contre l'immunité naturelle”

  1. Lance n’est pas pour moi une référence. J’ai jadis été en correspondance avec lui. Il écrivait à l’époque dans les 4 vérités C’est un néo-païen, imbu des vieille divinités païennes, raciste, anticlérical, pro-avortement…la totale.
    Pour le reste bien sûr je suis d’accord…

    1. LANCE n’est pas pour moi une relation directe non plus mais ses ouvrages historiques sont remarquables ! Je note que vous avez supprimé – sans me consulter – tous les renvois et les liens directs de mon article précédemment publié sur http://radio-silence.org auquel chacun peut se reporter pour les connaître. Ce n’est pas correct du tout ! Je ne vous adresserai donc plus aucun article.

Laisser un commentaire