Le Souvenir Français succombe aux sirènes du genre

Par Farida Belghoul

Article de Benjamin Leduc

Connaissez-vous le Souvenir Français ? Cette association que l’on voit tous les ans, à la Toussaint, récolter des fonds pour entretenir les tombes des soldats tombés pour la France. Elle est donc nécessaire, la république n’assurant pas cette tâche devant lui revenir. Au hasard d’une recherche sur le net, je suis tombé sur une de leur communication de mars 2018 intitulé « Femmes en guerre » (http://le-souvenir-francais.fr/newsletter/mars-2018/). Avec un petit sourire, je vois que seule mon arrière grand tante est nommée dans l’article, comme exemple de « combattantes de l’ombre », et loin de moi l’idée de salir sa mémoire.

La motivation de cette newsletter est la suivante : « A quelques jours de la journée du 8 mars qui dans notre calendrier est dédiée aux femmes, nous avons souhaité rendre hommage à toutes celles qui durant les deux guerres mondiales comme dans le temps présent, ont permis et permettent à la France de demeurer libre. ». Pour ceux qui n’ont pas encore compris, le 8 mars est la « journée du droit des femmes », ce qui inclus des choses diverses, tel que le droit à l’avortement, la théorie du genre, et toutes les lubies féministes qu’il serait fastidieux et inutile de citer ici. Mon arrière grand-père officier, mort durant la grande guerre, n’a pas donné sa vie pour le droit à l’avortement, et sa fille, orpheline de guerre, a pris soin de sa fille handicapée jusqu’à la fin de ses jours, là où les féministes de l’époque disaient entre elles qu’il aurait fallu la piquer.

Ce besoin de parler de femmes, dans tous les cas de figure, y compris quand ça n’est pas forcément pertinent, est une de ces revendications féministes, qui par faiblesse devient presque obligatoire, faute de résistance. Les femmes ont en effet eu un rôle important durant la guerre, et ce rôle fut bien distinct de celui des hommes au front. Pourquoi ne pas décrire plutôt l’importance qu’à eu l’altérité sexuelle à cette époque ?

Quoi qu’il en soit, cette communication du Souvenir Français est des plus malvenue car d’un coté ceux qui souhaitent entretenir la mémoire des personnes tombées pour la France sont de fait patriotes et conservateurs, et pourraient dans le climat actuel ne plus vouloir donner au souvenir français, et d’un autre coté ceux qui sont sensibles à ce genre de discours ont un mépris des anciens combattants, et n’auront pas envie de donner au souvenir Français dans tous les cas de figures. L’initiative est donc contreproductive…

Laisser un commentaire