Laurence Rossignol : " je n'ai jamais dit que les enfants appartenaient à l'Etat."

Par Farida Belghoul

Nous retrouvons, par hasard l’émission ci-dessous ( la nouvelle mesure d’obligation scolaire pour les 3 ans aidant ) – émission que nous ne connaissions pas où Laurence Rossignol s’expliquait et menaçait de porter plainte contre les JRE notamment. Nous avons échappé, à l’époque, au bruit énorme qu’avait produit la phrase incriminée.

On voit donc ici Rossignol s’élever contre nous en expliquant qu’elle n’a jamais dit que les enfants appartenaient à l’Etat. Il est intéressant de noter qu’elle ne précise pourtant pas quelle est la phrase exacte qu’elle avait employée sur le plateau de Ce soir ou jamais en avril 2013. Elle cache également le contexte rhétorique qui fut alors le sien.

Étrange défense de Rossignol qui ne rétablit pas le propos tenu… Le journaliste (Bourdin de BFMTV) se garde bien lui-même de l’inciter à le faire.

Voici les termes exacts de Laurence Rossignol en avril 2013 : « je crois que la laïcité c’est aussi ce qui protège l’enfant, c’est ce qui protège tous les enfants, et garantit aux enfants les mêmes droits  et l’accès aux mêmes valeurs. Les enfants n’appartiennent pas à leurs parents. » Tollé sur le plateau. Elle poursuit : « chaque enfant doit pouvoir accéder à des lieux qui lui permettront lui-même ensuite de faire son choix. »

La phrase « les enfants appartiennent à l’Etat » découle évidemment de la démonstration de Rossignol (voir la vidéo ci-dessous avec le rectificatif de Taddéi).

Si, comme Rossignol le prétend, « la laïcité garantit aux enfants les mêmes droits », de quels droits s’agit-il ? De quelles valeurs est-il question ? Le droit de changer de sexe selon la théorie du genre ? Le droit aux cours d’éducation sexuelle fondés sur la thèse de Kinsey qu’un enfant serait orgasmique dès la naissance ? Le droit aux 11 vaccins ? Le droit aux méthodes constructivistes qui fabriquent des illettrés en masse ? Le droit d’admettre tous les mensonges de l’histoire officielle comme ceux, par exemple, perpétrés contre le Moyen-Age et les rois de France?

Vincent Peillon le disait clairement : la laïcité est une religion dont l’objectif est de détruire le christianisme et toutes les autres religions monothéistes. La religion laïque, ne souffrant aucune concurrence, doit être enseignée coûte que coûte à l’école républicaine. Et Rossignol voudrait nous faire croire qu’à l’issue de 15 ans de propagande laïque, l’enfant serait libre ensuite de faire son choix. La propension des employés du pouvoir à nous prendre tous pour des imbéciles est remarquable.

Le libre choix, parlons-en ! Libre choix quand l’Etat contraint aujourd’hui explicitement les familles à l’obligation vaccinale ? Libre choix quand l’Etat impose une prétendue obligation scolaire, étendue désormais aux petits enfants de trois ans !

Ces obligations non négociables imposées par l’Etat au soi-disant peuple souverain démontrent de plus en plus clairement que les enfants sont en effet bel et bien – de fait – des propriétés de l’Etat.

A cet égard, nous vous renvoyons au site Les Observateurs qui publie un article intitulé « Les enfants appartiennent à la république avant d’appartenir à leurs parents » dont voici un extrait :

Le plan d’éducation élaboré par Michel Lepeletier, présenté par Robespierre le 13 juillet 1793 fut voté le 13 août 1793 par les députés de la Convention, mais ne fut pas exécuté. Nombre de ses idées se retrouveront bien plus tard, au XIXe siècle, dans la pensée de Jules Ferry.

Extraits de ce fameux plan qui marquera la pensée de la gauche éducatrice :

« […] D’abord, je remarque avec peine que jusqu’à six ans l’enfant échappe à la vigilance du législateur, et que cette portion importante de la vie reste abandonnée aux préjugés subsistants et à la merci des vieilles erreurs. À six ans, la loi commence à exercer son influence : mais cette influence n’est que partielle, momentanée ; et par la nature même des choses, elle ne peut agir que sur le moindre nombre des individus qui composent la nation (…) L’institution publique des enfants sera-t-elle d’obligation pour les parents, ou les parents auront-ils seulement la faculté de profiter de ce bienfait national ? D’après les principes, tous doivent y être obligés. Pour l’intérêt public, tous doivent y être obligés. Dans peu d’années, tous doivent y être obligés. »

 

A bon entendeur, salut ! Cela explique sans doute que Laurence Rossignol ait renoncé à porter plainte contre nous, car nous aurions été à même de démontrer ce qui précède… Le pouvoir a préféré jouer contre nous la carte de l’affaire de Joué-lès-Tours pour nous faire condamner en toute injustice.

 

 

Taddéi est lui-même monté au créneau à l’époque pour défendre Rossignol qui chantait son couplet favori sur la laïcité :

Laisser un commentaire