La condamnation de Christine Boutin cassée

Par Maria Poumier

C’est une décision importante. La Cour de cassation a annulé ce mardi 9 janvier la condamnation pour incitation à la haine qui avait frappé Christine Boutin, ancienne présidente du Parti chrétien démocrate (PCD), pour avoir déclaré que « l’homosexualité est une abomination » dans une interview à la revue Charles, en avril 2014. Les juges ont estimé que le propos était « outrageant » mais ne constituait pas une « exhortation à la haine ou à la violence à l’égard des personnes homosexuelles ».

Elle aurait pu être condamnée pour injure

«Je suis très déçu de cette décision car elle affirme qu’on peut libérer une parole homophobe très présente en France», a réagi dans Libération Me Etienne Deshoulières, avocat d’une association LGBT.

«Si les associations LGBT avaient agi sur le fondement de l’injure et non de l’incitation à la haine, Christine Boutin aurait été condamnée. C’est prescrit. Mais si demain quelqu’un redit cela, les associations auront entendu l’enseignement de la Cour de cassation et poursuivront pour injure», a-t-il estimé par ailleurs.

 

1 commentaire sur “La condamnation de Christine Boutin cassée”

  1. Boutin courageuse mais pas trop, elle dit ce qu’elle pense mais s’excuse de l’avoir dit!
    La question qui se pose est de savoir s’il est obligatoire ou non dans cette société d’aimer et de trouver merveilleux et sain deux hommes qui s’en…?!!
    Cette femme a dit ce qu’elle pensait et c’est son droit et même logique en conformité avec ses convictions religieuses! il n’y a ni injure ni incitation à la haine, ses paroles ne visent pas des personnes mais vise une pratique sexuelle qui est effectivement abominable.
    Si leur laïcité leur permet de trouver ces pratiques sexuelles tout à fait dans la norme on doit pouvoir aussi prendre en compte nos convictions personnelles, religieuses, naturelles qui nous font penser le contraire!

Laisser un commentaire