Julie et son ombre qui tue

Par Farida Belghoul

Le Théâtre Jean Alary, en février 2018, accueillera une compagnie de théâtre toulousaine qui fait une adaptation d’une histoire de fille dénaturée. La fortune artistique trempe décidément sa plume désormais dans la soupe transgenre. Incitation aux mutilations diverses et variées : un garçon devrait se la couper ; une fille, elle, devrait se les couper à son tour. L’un « deviendrait l’une » et l’autre « deviendrait l’un« . Et tout le sang de nos enfants versé feraient d’eux des minots heureux bourrés de médicaments et d’hormones… La pièce est tiré de l’album intitulé Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon… ombre qui n’est en vérité qu’une flaque de larmes et de sang…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.