En cas de censure de nos publications...

Par Roman Rodriguez

En cas de blocage du profil facebook et de la page officielle Farida Belghoul, ainsi que de la chaîne youtube Farida Belghoul, rendez-vous sur notre site mouvement-jre.com

Nous ne savons pas en effet combien de temps le pouvoir supportera notre visibilité sur les réseaux sociaux. Seul notre site, étant notre propriété privée, vous assurera – si Dieu veut – un accès à nos vidéos et à nos publications.

Notez qu’un blocage n’aboutit pas nécessairement à une fermeture visible des pages facebook et de la chaîne youtube. Un blocage consiste à nous empêcher de les administrer et de publier.

Merci de partager cette information.

Que Dieu vous bénisse.

 

1 commentaire sur “En cas de censure de nos publications...”

  1. Article à publier si vous le souhaitez car censure sur le net. Que Dieu vous bénisse.
    Cameroun : Mgr Bala a-t-il été assassiné par le lobby LGBT ?

    Evêque du diocèse de Bafia (Cameroun) depuis 2003, Mgr Jean-Marie Benoit Balla, âgé de 58 ans, avait été signalé comme disparu par les responsables de son diocèse dans la nuit du 30 au 31 mai. Son corps fut retrouvé le lendemain dans la rivière Sanaga, à une quinzaine de km de sa voiture abandonnée, sur un pont enjambant la rivière, et dans laquelle on avait trouvé ses papiers d’identité et un message écrit disant : « Je suis dans l’eau ». On pensa donc que l’évêque avait mis fin à ses jours en se jetant dans l’eau pour se suicider.
    Les résultats de l’analyse médico-légale ont infirmé la thèse du suicide. Le corps présente, en effet, de nombreuses lésions qui concluent que l’évêque a été torturé. La justice camerounaise a ouvert une information judiciaire en suspicion d’assassinat. Sans suite.
    Mi-juillet, les évêques du Cameroun ont entrepris une action judiciaire afin de rouvrir l’enquête sur la mort de Mgr Jean-Marie Benoît Bala. Le 4 juillet, le Procureur général de la République avait émis un communiqué dans lequel il affirmait considérer « la noyade comme la cause la plus probable de la mort de l’évêque ». Mgr Samuel Kleda, archevêque de Douala et président de la Conférence épiscopale du Cameroun, a réaffirmé que les évêques « ne sont pas satisfaits » par l’enquête jusqu’ici menée sur la mort de Mgr Bala. C’est pourquoi la Conférence épiscopale a déposé plainte pour homicide, se constituant partie civile, « de manière à ce que la vérité soit établie ». Mgr Kleda a ajouté par ailleurs que sera également déposée une plainte contre des fonctionnaires de police, accusés d’avoir mal géré cette affaire.
    Mercredi 2 août se sont déroulées les obsèques de Mgr Jean-Marie Benoît Bala. Certaines hypothèses commencent à circuler. Monseigneur Joseph Akonga Essomba, vicaire de la cathédrale Notre-Dame-des-Victoires, de Yaoundé qui a prononcé l’homélie, s’est interrogé : « Qui tue les prêtres dans ce pays ? ». Et il a pointé vers des « suppôts de Satan » et des « faux membres de cette Église […] qui veulent la détruire de l’intérieur ».
    L’actuel administrateur apostolique du diocèse de Bala, monseigneur Joseph Akonga Essomba, a déclaré jeudi lors de l’homélie d’une messe commémorative que l’évêque a été tué parce qu’il s’est opposé au lobby LGBT dans l’Église et le sacerdoce. En montrant les premières rangées de l’Église où se trouvaient la plupart des ministres du gouvernement et d’autres personnalités importantes, et jetant un regard radieux sur les prêtres et les évêques, Mgr Essomba a chargé:
    « Honte à toutes ces personnes en costumes noirs et lunettes noires toujours assises dans les premières rangées de l’Église ». « Honte à tous les prêtres qui sont venus ici, prétendant sympathiser. Ce sont les personnes qui ont tué notre évêque, parce qu’il a déclaré «non» à l’homosexualité perpétrée par ces prêtres ».
    Il a dit que ceux qui ont tué l’évêque étaient des personnes occupant des postes de pouvoir, mais ce sont des prêtres homosexuels qui l’ont trahi. Il a rappelé que 14 prélats du Cameroun ont été assassinés dans le passé.
    Mgr George Nkuo a ajouté de son côté :
    « Les mêmes raisons pour lesquelles Christ a été crucifié s’appliquent au meurtre de l’évêque ». « Il a été tué parce qu’il défendait la vérité. Tout pasteur, tout évêque, tout prêtre qui défend la vérité devrait être prêt à faire face à l’épée. C’est une belle façon de mourir. »
    Michel Janva

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *