Demain les posthumains

Par Fabienne Boulanger

Clones, robots, cyborgs, organes artificiels : la science-fiction d’hier devient notre réalité et l’on se demande déjà comment préserver une définition de l’humain. Chez ceux que les machines fascinent, Jean-Michel Besnier perçoit une forme de lassitude – voire de honte – d’être seulement hommes.

« N’ont-ils pas cru que la liberté humaine consistait à s’arracher à la nature – ce que la technique permet d’obtenir effectivement? Les métaphysiciens de toujours souhaitent que l’Esprit triomphe de la Nature. Les visionnaires d’aujourd’hui, proclamant l’avènement du posthumain, annoncent la réalisation concrète de cette ambition. Grâce à son ingéniosité, l’homme n’aura bientôt plus le souci de naître: il s’autoproduira. Il ne connaîtra plus la maladie: des nanorobots le répareront en permanence. Il ne mourra plus, sauf à effacer volontairement le contenu téléchargé de sa conscience.  »

Un nouveau paradigme est en train de remplacer l’ancien (…) L’ancien c’est le rationalisme idéaliste des lumières, le nouveau c’est le naturalisme systémique qui est en train de prendre un essor capital en disqualifiant l’humanité (…) avec les trans-humanismes ou post-humanismes qui se développent (…) Effondrement de l’humanité devant l’émergence d’un courant de dissolution (…)

Seront équivalent les hommes, les machines, les animaux, la convergence des NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique, sciences cognitives), le post humanisme et le trans-humanisme (…)

Il faudrait un sursaut d’humanité pour que l’homme ne perde pas le contrôle de son devenir au profit de ses systèmes optimisés dont il est fabriquant, se fabriquant lui même (…)

Or il y a dans les deux cas l’oubli, le déni ou la méconnaissance de l’être spirituel qu’est l’homme (…)

Rien de ce que réalise l’homme n’est autre qu’une expression de son humanité spirituelle. La mise en question des réalités humaines existentielles peut aussi bien nier l’humanité de l’homme que, au contraire, témoigner de ce qui est l’essentiel. Si le paradigme systémique naturaliste déstabilise l’humanité de l’homme cette déstabilisation interpelle la véritable humanité qui est spirituelle (…)

Hachette, coll. « Haute Tension », 2009 ; Fayard/Pluriel, 2012, par Jean-Michel Besnier. Philosophe

1 commentaire sur “Demain les posthumains”

  1. Chaque mot de ce texte est insupportable! Quand notre Créateur en aura assez de toutes ces bêtises sataniques Il mettra un terme à l’orgueil démesuré de l’homme qui prétent à present que ‘l’homme n’aura bientôt plus le souci de naître: il s’autoproduira »!!!
    Le seul piteux exploit dont il est capable est de s’auto détruire rien de plus!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.