Les chemtrails pour les nuls

Par Farida Belghoul

Vrai ou faux, les chemtrails ? En tous cas, quand on voyage un peu, on constate que sous certains cieux les avions ne lâchent pas ces longues traînées blanches durables derrière eux… Donc les avions dans certaines régions du monde ne produisent pas des traînées de condensation inoffensives… Mais dans d’autres régions, oui. C’est drôle, tout de même, non ? Les avions d’ici n’ont pas les mêmes impératifs techniques que les avions d’ailleurs. Foutage de gueule intégral. Oui les chemtrails sont bel et bien diffusés sur nos territoires. Philippe Jandrok en fait ici la démonstration : soyez patient au début de la vidéo car il est interrompu par un coup de fil de sa maman… Au moins voilà un fils qui n’a pas abandonné sa mère dans un mouroir !

 

4 commentaires sur “Les chemtrails pour les nuls”

  1. L’été dernier, j’ai vu pour la première fois plusieurs traînées noires dans le ciel portugais. Le ciel était bien quadrillé ! Il est facile de conclure à la condensation pour les traînées blanches mais que dire des noires ?

  2. Si ce sont les avions de ligne, alors c’est dans la composition des carburants et dans les lubrifiants des turbines que se trouvent nécessairement les produits chimiques libérés par la combustion. Aussi il paraît peu probable que les carburants des mêmes compagnies ne soient pas les mêmes selon les pays. De toute manière, il faut bien se rendre compte que, comme une voiture, que l’avion laisse une trace de condensation visible, ou pas, les composants rejetés sont les mêmes…. Aussi, voir un chemtrail n’est dû que à la condensation, liée aux conditions météo. Pour ma part, en zone d’approche de Marseille Provence, un avion par minute, les avions laissent des traces seulement certains jours. Par contre j’ai pu photographier un avion militaire laissant une trainée importante grise, noire, se dirigeant vers la Sardaigne. Pour moi, la pollution est donc constante dans le ciel de Provence, car les gaz d’échappement sont de toute manière de graves polluants impactant la faune et la flore, et donc, l’humain et sa nourriture, la viande, les légumes, l’air qu’il respire.
    S’il y a des rejets de nanoparticules, ajoutées comme additifs, non pas réellement pour la lubrification des moteurs, mais pour une pollution intentionnelle, il faudra le démontrer en étudiant la chimie des moteurs des avions de ligne, mais je n’ai jusqu’à présent entendu parler d’aucune donnée précise sur les rejets des avions (par exemple, on pourrait étudier l’herbe de la zone de décollage, et la composition du carburant frais, des lubrifiants de turbines, l’eau des ballasts et ainsi de suite. Aussi, un avion est de toute manière un pollueur même s’il paraît loin dans le ciel, qu’il laisse une trainée ou pas. Un bateau pollue énormément, le rejet des égouts en mer,pour les poissons, etc…L’idée est alors de se méfier de tout.
    Je connais une petite ville où l’on voit bien, dans le ciel pur, lorsqu’on descend des collines, cette noirceur qui s’élève au dessus de l’agglomération, qui stagne comme sous un plafond, et que respirent les gens toute la journée. N’oublions pas que dans ce monde la mortification est partout, et que notre santé est de plus en plus difficile à assurer, sans que les autorités ne s’en alarment, si ce n’est par de vagues contraintes qui ne sont jamais vraiment évaluées.

Laisser un commentaire